La VOIE du LEADER INSPIRANT

La VOIE du LEADER INSPIRANT

La voie du leader inspirant

Management et intelligence relationnelle

Dans notre monde en pleine mutation, l’ère du management par le diktat se termine, elle est remplacée par l’art du management par l’inspiration. Qui sont ces leaders inspirants et comment ces utopistes en quête de sens et d’humanité réinventent-ils l’entreprise de demain ?
Ils sont dirigeants, managers, DRH, salariés… au coeur même de la complexité et de la richesse des relations humaines. Gardiens du cadre, ils portent la vision stratégique et les valeurs de l’organisation. Leur mission : coordonner, harmoniser, favoriser les échanges et faire les liens entre les talents et les projets afin de créer la symbiose de leurs équipes.

Vision, charisme, sens, hiérarchie, écoute, innovation

Un postulat de départ

Chaque jour est une occasion pour devenir sa plus belle source d’inspiration ! Le leader inspirant est en quête de sens et d’humanité. Au quotidien, il agit au goutte à goutte pour donner le meilleur de lui même au service du plus grand nombre. (vous savez c’est un petit colibri !)
Plus concrètement… Lorsque l’on manage une équipe, lorsque l’on éduque nos enfants, lorsque l’on reprend notre vie en main, lorsque l’on souhaite faire passer des idées innovantes….. toutes les situations sont des enseignements qui nous aident à élever notre niveau de conscience. Ainsi pour progresser on peut se poser cette question : Pourquoi c’est important pour moi de le faire ? Cela nous ramène au sens que l’on donne à notre existence et nous permet de nous remettre en chemin lorsque l’on s’est perdu. Mais pour créer l’adhésion et être entendu, il faut que notre vision soit partagée par les autres, donc qu’elle ait une utilité commune.

Sur le papier c’est très joli mais dans la réalité c’est une mission de tous les instants qui exige beaucoup de qualités, de compétences et des remises en question pour assurer un succès durable et collectif.

Dans nos organisations, le sens est porté par une vision stratégique et des valeurs. Et pourtant le désengagement de ceux qui sont potentiellement les acteurs de la transformation est sidérant. En 2017, l’étude de référence sur l’engagement Gallup montre que 94% des collaborateurs sont indifférents ou activement désengagés dans leur entreprise.

Aussi, le dialogue et la co-construction sont des clés pour réunir besoins et sens dans la même direction et créer la symbiose d’une équipe.
Que ce soit avec nos enfants, nos partenaires, nos clients il est important d’établir une relation de confiance basée sur la collaboration. Vous avez remarqué lorsque vous demandez à votre enfant de ranger sa chambre continuellement et que vous avez l’impression de parler dans le vide ! C’est le même phénomène car ceci est votre projet, cela contribue à votre bien-être mais aussi à l’efficacité de l’organisation de votre maison. Mais pour votre enfant c’est une autre affaire, il ne voit pas toujours l’intérêt direct dans «va ranger ta chambre ! » Il n’a pas les même besoins et préoccupations que vous. Pour qu’il vous écoute il faut qu’il trouve du sens et de l’utilité à le faire.

Trop souvent, comme des enfants nous avons tendance à attendre que quelqu’un le fasse à notre place ou à laisser les autres prendre les décisions pour nous. Inconsciemment on co-construit ce phénomène d’infantilisation et de désengagement. C’est de cette manière que les choses stagnent et piétinent. On confie notre pouvoir à l’autre puis on râle car il faut bien un responsable. Reprendre notre pouvoir de décision c’est prendre notre part de responsabilité et enseigner l’autonomie personnelle aux autres.

L’illustration la plus parlante est la citation de Gandhi « Sois le changement que tu veux voir dans ce monde ».
Parmi les qualités que j’ai observées chez nos leaders inspirants, il y a cette notion de responsabilité. A ne pas confondre avec le syndrome du « bon élève » en se fourvoyant dans une posture de sauveur accourant à chaque problème pour résoudre toute la misère du monde. Se sentir responsable, c’est d’abord se mettre sur la fréquence solution et non alimenter le problème : voici quelques pistes de réflexion :

>> Accepter que nous ne pouvons pas tout contrôler et cultiver son lâcher prise. (*1)
>> Désactiver le bouton culpabilité car il nous sert d’excuse pour ne pas passer à l’action.
>> Puis s’inspirer avec une longue bouffée d’air : A quel niveau je peux agir ?

Lorsque l’on emprunte ce chemin, il y a des allers-retours qui sont indispensables pour digérer puis ancrer ces nouveaux comportements. Ainsi pour comprendre le monde de l’autre et co-construire avec lui, il est nécessaire de faire un travail de développement personnel qui permet de connaître ses atouts et ses zones d’ombres.

Je citerai ces mots de Fabrice Lucchini qui parlent d’eux mêmes : «Comme disait Simone Weil, si tu ne t’es pas élucidé un minimum, qu’est ce que tu vas comprendre de l’autre, tu vas comprendre de l’autre ce que tu as vaguement compris de toi…» (*2)

C’est ici que le leader inspirant va mettre en œuvre sa capacité à demander de l’aide. Il développe une agilité dans l’art du contraste, il peut passer à la fois de la posture d’enseignant à étudiant avec une grande humilité.

Pour aller plus loin :

(*1) Podcast  #1 ⎢LA VOIX DE L’ACCEPTATION – POUR ÉLEVER VOTRE SÉRÉNITÉ Cécilia Deniaud.

(*2) Extrait vidéo youtube : « L’autre et la connaissance de soi« , par Fabrice Luchini